Les marais de Bourges, situés aux portes de la ville, comportent 34 km de voies d’eau. Cette surface de terre est cultivée par des particuliers, des maraîchers. Pour gérer l’eau, barrages et moulin ont été construits. Petite promenade au cœur de cet espace verdoyant .

Les marais de Bourges s’étendent sur 135 hectares dont 95 sont accessibles à pied et 45 accessibles seulement en barque. Les maraîchers utilisent l’eau afin d’arroser leurs plantations, d’entretenir leurs parcelles. Deux barrages ont donc été construits et installés ainsi qu’un moulin appelé Moulin de la Voiselle datant du XVIe. Il a servi pendant très longtemps principalement d’huilerie : on y faisait notamment de l’huile de noix. Après un incendie, il a perdu sa vocation initiale.
Depuis 1980, les bâtiments ont été achetés par la ville et ils sont utilisés par des associations liées aux marais et à la nature. Le moulin comporte un moteur hydraulique. L’énergie hydraulique est fournie par l’écoulement gravitaire de l’eau ; celle-ci fait tourner une roue que l’on peut apercevoir sur ce moulin, qui transmet son mouvement à divers mécanismes.

Les quatre pelles du barrage

Le barrage des 4 pelles

Les hommes ont aussi construit des barrages, comme celui dit barrage des quatre pelles . Il est situé à l’extrémité nord-ouest des marais, au croisement de deux rivières : l’Yèvre et le Longis. Celui-ci permet d’apporter l’eau nécessaire aux différentes parcelles.

Ce barrage comporte, comme son nom l’indique, 4 pelles que l’on peut relever et descendre afin de limiter la quantité d’eau dans les parcelles. Il permet donc aussi la régulation du niveau d’eau de l’Yèvre et des coulants des marais du haut. Il est l’un des éléments les plus importants des marais. Grâce à lui, l’eau est régulée.

Des barques comme à Venise

Les marais de Bourges sont traversés par l’Yèvre et la Voiselle et sont constitués de 34 kilomètres de coulants et de 1500 parcelles, c’est pourquoi l’utilisation des barques dans les marais est nécessaire. Au moyen-âge, celles-ci étaient déjà utilisées pour transporter les fruits et les légumes, ce qui permettait aux maraîchers d’aller vendre leur récolte en ville. Aujourd’hui, l’utilisation des barques est nécessaire pour accéder aux marais du haut, car il n’y a aucun accès par la route. L’autre partie des marais est accessible par voiture. Chaque maraîcher n’a pas sa propre barque mais utilise celle appartenant aux associations. Pour les entretenir, elles possèdent un atelier dans la zone industrielle, route de la Charité. Mais les barques sont aussi utiles pour que les différentes associations gagnent de l’argent grâce aux balades organisées à la belle saison.

collège Saint-Exupéry

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *